Petite virée chinoise

Cette année sera sûrement la dernière pour moi à Paris 8. Après avoir fait un Erasmus à Dublin durant mon deuxième semestre de L2, mon goût pour le voyage n’est que plus grand. C’est donc avec cette envie de repartir que j’ai souhaité participer à ce voyage en Chine. Malgré un désir toujours plus intense de partir à la découverte d’un autre territoire, d’une autre culture et tout simplement de l’autre, mes seules destinations, en dehors de l’Europe, furent la Réunion et l’Île Maurice. Ce voyage en Chine est donc pour moi l’occasion de découvrir deux villes, un pays et même un continent. Cette année étant la dernière de ma licence et n’ayant participé à aucun des voyages organisés précédemment, j’ai voulu saisir ma dernière chance pour partir à celui planifié cette année. Enfin, pouvoir découvrir la culture et le territoire chinois à travers deux villes emblématiques du pays, m’a réellement convaincu de tenter ma chance. Je suis donc juste super hypra méga contente de quitter un peu ma région parisienne dans laquelle je vis et suis née, pour cette super aventure chinoise. 我们走吧 !

Alexandra Caignon

Portrait de Lou

A travers ce travail, il y a l’envie de représenter le yin et le yang de Lou, la personne photographiée ici. En effet, nous retrouvons à gauche son yin et à droite son yang, permettant de montrer les deux parties de sa personnalité qui s’opposent.Il y a quelques mois, Lou a souffert d’une agression. Celle-ci l’a considérablement changée : depuis il lui arrive d’avoir des bons jours comme des mauvais, sans explication aucune. J’ai alors voulu représenter à travers cette photographie, l’alternance de son état d’esprit : celui d’une fille spontanée et joyeuse ainsi que celui de cette même fille, triste et mélancolique.

Il était important de représenter un univers commun sur les deux aspects qui fondent Lou. C’est alors que j’ai peint son corps de manière à représenter le space graffiti, art qu’elle pratique et affectionne, me permettant également de symboliser l’opposition entre la lune (yin) et le soleil (yang), présent dans notre système solaire et finalement dans l’espace. 

Nous pouvons voir que sur son yin, son corps est recouvert de noir, ainsi qu’une partie de son visage, alors que sur son yang, nous retrouvons des touches de couleurs sur son corps mais également sur son visage. Nous comprenons ainsi aisément quelles sont les parties « sombre » et « éclairée » de ce portrait. Également, viennent s’ajouter une atmosphère assez sombre du côté yin et une assez colorée et « éclairante » du côté yang (d’autant plus remarquable par l’ombre de Lou, dû au soleil).

 


Ces deux portraits de Lou qui n’en forment finalement qu’un seul, sont donc en totale opposition. Les accessoires de ces deux façades, qui sont les confettis, synonymes de fête, et la cigarette, souvent utilisée en cinéma pour des scènes de réflexion dramatique, ne font qu’alimenter le conflit entre le yin et le yang.

Enfin l’expression même des deux facettes de Lou sont totalement différentes. A gauche, elle semble en pleine réflexion, comme ressassant le passé, avec un regard en direction de ce dernier, alors qu’à droite, elle sourit, avec un visage en pleine lumière, les mains presque tendues vers le ciel, tel un signe de progrès qu’elle compte atteindre.

Finalement ces deux portraits de Lou, qui semblent s’opposer sont avant tout complémentaires. L’un ne va pas sans l’autre. Ce sont ces deux images mêmes qui révèlent le véritable visage de Lou. Le Yin et le Yang, indissociables, Lou ne peut être celle qu’elle est sans ses deux côtés représentés l’un avec l’autre. Par ailleurs, ils paraissent se mélanger, presque se confondre, pour nous faire comprendre qu’ils sont inséparables, car ils forment, ensemble, une seule et même identité, celle d’un seul être, celle de Lou.