Voici maintenant 7 ans que Paul McNeill, PDG de SkyeMedia, a posé ses valises à Pékin.

Dans ce qui est aujourd’hui le premier marché médiatique du monde, cette agence spécialisée en médias sociaux s’est fait une place dans le monde de la communication en travaillant auprès de grandes marques telles que H&M, Huawai ou encore Prada.

Suite à un accueil des plus chaleureux, et une fois la douce odeur du café et des viennoiseries françaises retrouvée, l’équipe s’est alors engagée dans une présentation aussi dynamique qu’appréciable ; pour le plus grand bonheur des fervents supporters de communication digitale.

Forts d’une division en quatre sections : la stratégie et le médiaplanning, les contenus et la création, l’amplification des retombées, et enfin le management, la maintenance et la gestion de data, l’agence Pékinoise nous explique les bases du métier : «  Il faut comprendre la marque, le secteur, les consommateurs. Savoir où ils vont pour savoir où aller ».
Et si la Chine n’a cessé de nous surprendre durant ces dix jours, la population chinoise, elle, n’est pas si différente des consommateurs occidentaux. Seul dissemblance, leur attrait pour les nouvelles technologies. En Chine, plus que partout ailleurs, le mobile est central. Chaque campagne doit alors y être adaptée en priorité. Cette caractéristique force aussi à la rigueur, ce public hyper interactif percevant si rapidement la moindre erreur de la part des communicants.
Leur travail se définit donc ainsi : écouter le client, comprendre ses demandes et trouver des solutions pour les satisfaire. Aucune des diapositives préparées à notre égard ne nous aura donc surprises, au même titre que les explications dédiées.
Mais si leur agence est digitale, leur futur semble plus concret que jamais. La fusion annoncée de l’entreprise avec une agence Shanghaienne spécialisée dans les marques de luxe leur prédit un avenir plus que prometteur.

Sandrine Mirault